Une convention de forfait en jours ne donne pas un droit absolu au salarié à la libre fixation de ses horaires de travail

Mardi 15 février 2022

Dans un arrêt du 2 février 2022, la Chambre sociale de la Cour de cassation a jugé qu’une « convention individuelle de forfait annuel en jours n’instaure pas au profit du salarié un droit à la libre fixation de ses horaires de travail indépendamment de toute contrainte liée à l’organisation du travail par l’employeur dans l’exercice de son pouvoir de direction ».

En l’espèce, une salariée avait été licenciée pour faute grave notamment au motif de plusieurs absences et départs anticipés, en méconnaissance des plannings établis par l’employeur, clinique vétérinaire recevant des clients sur rendez-vous.

 

Afin de contester son licenciement, la salariée faisait valoir la « liberté dans l’organisation de son travail » induite par son statut de cadre au forfait en jours.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi au motif qu’ « une convention individuelle de forfait annuel en jours n’instaure pas, au profit du salarié, un droit à la libre fixation de ses horaires de travail, indépendamment de toute contrainte liée à l’organisation du travail par l’employeur dans l’exercice de son pouvoir de direction ».

La Haute juridiction a notamment retenu que « la fixation de demi-journées ou de journées de présence imposées par l’employeur en fonction des contraintes liées à l’activité de la clinique vétérinaire pour les rendez-vous donnés aux propriétaires des animaux soignés n’avait jamais empêché la salariée d’organiser, en dehors de ces contraintes, sa journée de travail comme bon lui semblait et qu’elle était libre de ses horaires et pouvait organiser ses interventions à sa guise ».

 

Ainsi, la signature d’une convention de forfait en jours n’empêche pas l’employeur d’imposer certaines contraintes de plannings au salarié à condition que ces dernières soient justifiées par les impératifs liés à l’activité de l’entreprise et proportionnées, de façon à permettre au salarié la libre organisation de son travail en dehors de ces contraintes.

           

La Cour de cassation applique ainsi au forfait en jours une jurisprudence déjà existante en matière de convention de forfait en heures (Cass. soc. 2 juillet 2014, n°13-11904).

PCA - JDE
/ N°
22006

En bref

Le forfait en jours n’instaure pas un droit absolu à la libre fixation de ses horaires de travail pour le salarié.

Cass. soc. 2 février 2022, nº20-15744

Partager sur vos réseaux

Expertise et stratégie en droit social

Un avocat chez vous, partout en France !

Bayonne

2 chemin de la Marouette Bâtiment Haristeguy
Bayonne 64100

Bordeaux

64 Cours Georges Clémenceau
Bordeaux 33000

Grenoble

2 square Roger Genin
Grenoble 38000

Montpellier

120 Rue de Thor Le Blue d'Oc
Montpellier 34000

Paris

38 Avenue de la Grande Armée
Paris 75017

Toulouse

11 chemin de l'Armée
L'Union 31240